Roi de la lande

Par Edouard Lekston
Publication en ligne le 28 janvier 2010

Texte intégral

Image1

Image2

1Dans la deuxième et principale partie de mon travail sur William Shakespeare – un recueil  de sérigraphies intitulé Mon Ami William (2001) –,j’aivoulu exprimerles dires du Fou en images. Cette partie, majeure, se nomme : Ce que Fou dit à Lear. En effet, le Foua la particularité des’exprimer de façon très imagéeafin de ramener le Roi, qui semble avoir perdu la raison, à davantage de bon sens. Ses paroles s’égrènentcomme des mini-comptines, des dictons immoraux, des énigmes improbables ou encore des commandements païens – «Va à cheval plus qu’à pied», «Vérifie avant d’être dupe», «Prête moins que tu ne possèdes», «Ne dis pas tout ce que tu sais» en sont quelques exemples.

2Le Fou parle tandis que le Roi glisse vers la folie. Les images que j’ai créées autour de ces deux personnages peuvent faire penser aux dessins de presse: c’est ainsi que j’ai voulu montrer une figure du pouvoir face à une figure espiègle.

3Le Fou parle encore et le Roi, devenu fou, s’échappe, se sauve, sans savoir où aller. Il court à travers les herbes hautes, affrontant la tempête, jurant contre le ciel courroucé. Dans son sillage, leFou, sa conscience, tente de le raisonner.

4Cette image quasi romantique de ce Roi courant dans la lande peut se lire comme un condensé presque parfait de la pièce. En outre, elle résiste à mon travail de dessin sur les œuvres de Shakespeare, travail qui tente habituellement d’échapper à l’aspect romanesque de la mise en scène. Ici, la vision de Lear et du Fou dans la lande s’impose à moi comme une évidence.

5Car dans cette tragédie shakespearienne, un tel paysage prend tout son sens. Avec la lande, Lear pourrait être comme un bateau au milieu d’une mer en furie, un bateau qui n’aurait plus ni voile ni gouvernail, et dont le mât serait le Fou. Mais il marche, il court à travers cette immense prairie, dépouillé de tout, affrontant le vent et la pluie, malgré les appels à la raison du Fou. Il brave les éléments; il brave son destin; il brave la justice divine.

6Puis, la tempête finie, la colère de Dieu apaisée, Lear épuisé, au plus profond de sa folie, s’assoit au beau milieu de la lande, son nouveau royaume. Le Fou arrache quelques herbes, quelques fleurs, confectionne une couronne et la pose sur la tête de ce Roi de la lande.

7Comme la tête de Lear bascule dans la folie, la pièce est chamboulée par la tempête. Et il ne reste du royaume de ce Roi perdu que cette lande agitée.

8Dans son château aux murs épais, du haut de son donjon, Lear avait une idée presque abstraite de ce que représentait cette vaste terre que l’on appelle la lande: c’était une preuve de souveraineté, une terre conquise ou, plus concrètement, un raccourci à cheval, un possible terrain de chasse... Bref, une parcelle de plus !

9Mais à présent, Lear est assis au milieu d’elle comme au milieu de nulle part, comme un point dans un espace incertain. Ce point, c’est un mendiant couronné d’herbes et de fleurs sauvages, dont les pensées s’envolent au gré du vent.

10Qu’arrive-t-il à cet homme qui fut Roi  et qui se retrouve perdu sur ses terres ?

11Tout est remis à plat. Le personnage du Roi et les pouvoirs rattachés à la fonction qu’il incarnait sont balayés pour laisser place à un simple ermite, un pauvre dément, mais aussi un homme libre, que la tempête a lavé de tous ses fardeaux de Roi.

12La lande montre à ses yeux égarés, le vent souffle à ses oreilles : «Nous sommes bien peu de chose… »

13Voilà donc Lear, comme n’importe quel mendiant, n’importe quel ermite, n’importe quel poète, Roi du vent, Roi de la Lande… Libre comme l’air.

14Quand on a perdu les clés du pouvoir, il reste la clé des champs.

15Quand l’espoir s’est évanoui, la lande demeure.

Image3

Illustration n° 1

Image4

Illustration n° 2

Image5

Illustration n° 3

Image6

Illustration n° 4

Image7

Illustration n° 5

Image8

Illustration n° 6

Image9

Illustration n° 7

Image10

Illustration n° 8

Image11

Illustration n° 9

Image12

Illustration n° 10

Image13

Illustration n° 11

Image14

Illustration n° 12

Image15

Illustration n° 13

Image16

Illustration n° 14

Image17

Illustration n° 15

Image18

Illustration n° 16

Image19

Illustration n° 17

Image20

Pour citer ce document

Par Edouard Lekston, «Roi de la lande», Shakespeare en devenir [En ligne], Prolongements picturaux, N°1 - 2007, Shakespeare en devenir, mis à jour le : 30/04/2010, URL : https://shakespeare.edel.univ-poitiers.fr:443/shakespeare/index.php?id=129.

Quelques mots à propos de :  Edouard Lekston

Édouard Lekston est diplômé de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris. Il y a présenté en 2001, pour son diplôme de dernière année, un recueil de sérigraphies intitulé Mon ami William et consacré à trois tragédies majeures de Shakespeare – Hamlet, Macbeth, Le Roi Lear. Il a travaillé pour les éditions L’Avant-scène Théâtre et en collaboration avec le Centre Pompidou pour l’exposition Enchantez-vous (Ateliers des Enfants); il illustre des contes bilingues chez L’Harmattan. Depu ...