Shakespeare en devenir - Les Cahiers de La Licorne - Université de Poitiers - Maison des Sciences de l'Homme et de la Société de Poitiers http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare Dans le prolongement de ses activités éditoriales, la revue La Licorne propose les Cahiers, des publications réalisées exclusivement sous forme électronique et libres d’accès. Il s’agit de Cahiers dévolus à un écrivain, à une problématique, ou à un corpus particulier. Les Cahiers Shakespeare en devenir ont ainsi pour vocation première de créer des liens signifiants entre l’époque de Shakespeare et la nôtre. Il s’agit de s’interroger sur ce que l’œuvre de Shakespeare est devenue au fil des siècles, au gré des cultures, et sur la manière dont elle continue d’évoluer aujourd’hui. fr Lodel 0.9 Comment se faire un nom, ou qui nomme-t-on et pourquoi aux seuils du recueil lyrique imprimé anglais (1557-1600) ? http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=897 Rémi Vuillemin Cet article propose de tenter de comprendre comment, dans les recueils poétiques imprimés entre 1557 et la fin du XVIe siècle, le jeu des noms – noms communs, mais aussi surtout noms propres, en toutes lettres ou sous forme d’initiales – s’inscrit dans des enjeux de pouvoir économiques, culturels et sociaux. Le nom, notamment quand il vient authentifier un élément de paratexte, participe d’un processus de légitimation de l’œuvre et de son auteur ; il relève aussi, comme d’autres éléments de paratexte, d’une tentative de cadrer, d’orienter, voire de déterminer la lecture. Après quelques rappels sur les recueils poétiques anglais du XVIe siècle et sur l’économie de l’imprimé, une analyse du caractère stratégique du paratexte est proposée, en insistant sur le rôle spécifique des noms sur la page de titre. Deux études de cas, portant sur deux recueils de George Gascoigne d’une part (respectivement 1573 et 1575), sur le premier recueil poétique de Robert Tofte d’autre part (1597), viennent montrer comment les noms figurant dans le paratexte contribuent à construire une identité d’auteur, ou du moins à légitimer et à produire, en termes foucaldiens, une fonction-auteur avant la lettre. 2018-02-10T00:00:00Z http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=897 African Tempests and Shakespeare’s Middle Passage http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1087 Chantal Zabus Shakespeare in the Empire ; Shakespeare as an Empire Shakespeare on African soil has been an instrument of empire for most of the twentieth century. With the advent of independence in Sub-Saharan Africa and the building of new nation-states, Shakespeare, like the English language, was gradually unhoused and taken away from its ancestral home. In former English-speaking colonies or settler colonies in Africa, from Nigeria to South Africa via Kenya, Shakespeare was taught through the lens of the late Victorian scholar A. C. Bradley who admittedly served the interests of the imperial ruling class. Set Shakespeare texts on Sub-Saharan University curricula like, most notably, Hamlet, Julius Caesar, Macbeth, Othello, King Lear and The Tempest were successfully sanitized of any political or socio-economic import. In South Africa, the only country in Africa where settler power lasted more than the span of a single lifetime, Shakespeare texts were the exclusive ownership of middle-class white Africans. In the immediate aftermath of the official beginning of Apartheid in 1948, thugs from Sophiatown, a Black suburb of Johannesburg, would delight in forcing educated white South Africans, Lewis Nkosi recalls, to “recite some passage of Shakespeare” while standing at street corners, for the amusement of the crowd. The J. P. De Lange report of 1981 reinforced the importance of Shakespeare for the elite and “metal work for the mass of [Black] students.”1 In 1987, some seven years before the... 2017-12-20T00:00:00Z http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1087 Maritime Performance Culture and the Possible Staging of Hamlet in Sierra Leone http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1091 James Seth In his journal of the East India Company’s third voyage, the commander General William Keeling (1577-1620) records the following on 5 September 1607, when his ship, the Red Dragon, and its sister ship, the Hector, arrived at the coast of Sierra Leone:I sent the Portuguese interpreter, according to his desire, aboard the Hector, where he broke fast, and after came aboord me, where we had the TRAGEDY OF HAMLET; and in the afternoone we went altogether ashore, to see if we could shoot an elephant.1What a busy day it was for the Company—meeting with the African dignitary Lucas Fernandez (brother-in-law to King Buré), performing a Shakespeare play, and hunting an elephant in the afternoon. This exciting account is published by one Ambrose Gunthio in European Magazine (1825), added to the newly rediscovered Hamlet Q1 (1603) as a freestanding postscript. This exciting account may also be written by John Payne Collier (1789-1883), a literary editor who also began forging documents in the 1820s.2Though the document may be forged, the Keeling journal extracts present the only evidence for what may be the earliest Shakespeare performances staged outside of Europe, potentially making Fernandez and his train the first non-European audience of Shakespeare. Keeling served as captain of the Red Dragon flagship, which, along with the Consent and the Hector, was sent to establish trading relations with Surat, India and Aden in present-day Yemen, as well as to continue relations with Bantam (Ba... 2017-12-20T00:00:00Z http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1091 “Un Théâtre d’Intervention”: Two Congolese Adaptations of Shakespeare http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1098 Rebekah Bale Cet article analyse deux adaptations postcoloniales de Shakespeare par des dramaturges de la République du Congo. L'adaptation de Hamlet se concentre sur Gertrude comme produit d’un mariage forcé et sur le rôle des esprits dans la société Kongo. L'adaptation de Romeo et de Juliette est, quant à elle, une révision radicale de la tragédie pour souligner le caractère politique et violent de la société africaine après l'indépendance. 2017-12-20T00:00:00Z http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1098 Name-calling the Egyptian Queen in Antony and Cleopatra : a case in point of the distortion of Africa through the racial slur “gypsy” http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1143 Nora Galland À l’époque de la première modernité, l’Afrique est un territoire fait de fantasmes, de stéréotypes et de préjugés. Étudier l’Afrique dans les pièces de Shakespeare revient à analyser la représentation déformée que les Anglais ont produite à l’époque. Cet article repose sur l’analyse de l’injure raciale « gypsy » dans Antoine et Cléopâtre (1606) de William Shakespeare. Ciblée par ce terme, Cléopâtre est insultée in absentia, à deux reprises, dans la pièce. Cela peut sembler étrange de se concentrer sur un terme qui n’apparaît pas de façon récurrente dans la pièce, mais je souhaite monter dans quelle mesure celui-ci constitue un terme clé pour comprendre le personnage ambivalent de Cléopâtre ainsi que l’intrigue elle-même. Shakespeare donne à cette injure une fonction dramatique et contribue à faire basculer la pièce dans le tragique en faisant de Cléopâtre l’ennemi naturel de Rome. À travers cette injure raciste, le dramaturge commet un anachronisme car celle-ci n’aurait pas pu être utilisée par les Romains. Le mot « gypsy » n’apparaît que pendant la Renaissance, et on peut se demander pour quelle raison Shakespeare a recours à un mot qui caractérise l’Angleterre de la première modernité dans une pièce romaine. Il est fondamental de se souvenir de l’influence considérable que la culture classique a eu sur Shakespeare alors qu’il composait Antoine et Cléopâtre – celle des textes latins et grecs. En effet, c’est en remontant à la littérature de la Grèce ancienne que l’on peut, dans une certaine mesure, comprendre la raison pour laquelle le terme « gypsy » a été utilisé, pour la première fois, par Shakespeare pour faire référence à Cléopâtre à travers le prisme de la littérature grecque. 2017-12-20T00:00:00Z http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1143 Shakespeare et l’Afrique / Shakespeare and Africa http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1114 FrançaisCe numéro souhaite explorer le rapport entre le théâtre élisabéthain et jacobéen, celui de Shakespeare mais pas exclusivement, et la représentation de l’Afrique, ou plus contextuellement, la perception du continent africain dans l’Angleterre de la Renaissance. Il s’intéresse aussi aux réécritures, aux appropriations, aux adaptations de Shakespeare par les auteurs, metteurs en scène ou cinéastes africains et africains-américains du XIXe au XXIe siècle.Entrées possibles, non exhaustives :Perception de l'Afrique dans l'Angleterre de la Renaissance (plutôt historique, cartographique, histoire des idées) ; incorporation ou rejet de textes étrangers comme celui de Leo Africanus (A Geographical Historie of Africa, 1600, pour la version anglaise) ;Représentation de l'Afrique dans le théâtre de Shakespeare et de ses contemporains ;Réécritures de Shakespeare (et ses contemporains) par des auteurs africains et afro-américains : appropriation et distorsion du canon, changement de point de vue, etc. Ex. Une Tempête d’Aimé Césaire ou Desdemona de Toni Morrison. Ou, plus sporadiquement ou indirectement, appropriations d’éléments shakespeariens par des auteurs sud-africains comme John M. Coetzee, Geoffrey Haresnape ou Nadine Gordimer ;Mises en scène de pièces de Shakespeare (ou de réécritures de pièces de Shakespeare) en Afrique aux XIXe, XXe et XXIe siècles, dans des pays anglophones, francophones, arabophones, lusophones, etc. ; adaptations cinématographiques, comme Makibefo d’Alex... 2017-12-20T00:00:00Z http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1114 “From Performing the ‘Sundiata Form’ to Staging the Òrìṣà” : Djanet Sears’s search for orírun in Harlem Duet http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1115 Lekan Balogun Winner of many significant accolades including four Dora Mavor Moore Awards, a Chalmers Awards, and the prestigious Canada Council for Arts Governor General’s Literary Award for Drama, Djanet Sears’s Harlem Duet, both a prequel to and an adaptation of Shakespeare’s Othello, is a “contemporizing of the Othello story in relation to the American setting, while also showing the historical sweep of the motivations and emotions of the characters as they struggle to deal with the variables of race and sexuality in three temporal moments.”2 The play tells the story of an African-American couple, Othello and Billie, whose marriage ends before the play begins, when Othello leaves Billie for a White woman, Mona. As the play unfolds, we learn that the collapse of Billie and Othello’s relationship was, if not caused, then certainly hastened, by their individual experiences of, and reaction to, racism and sexism. Harlem Duet’s production history shows that it is a success story, a “narrative of triumph,” as James McKinnon describes it. Unlike many Canadian plays, Harlem Duet has moved “from periphery to centre and small to big... as a small, independent production at a rented ‘fringe’ space, to local and national awards, publication and anthologization, and repeated productions,”3 all of which are accompanied by reviews and commentaries which generally describe the play as a major achievement.4 Critical reception of Harlem Duet have focused on the play’s counter-discursive strategy of appr... 2017-12-20T00:00:00Z http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1115 African Kings: Makibefo (1999) and Souli (2004), Alexander Abela’s Transcultural and Experimental Screen Shakespeare http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1126 Anne-Marie Costantini-Cornède Cette étude des deux adaptations malgaches d’Alexander Abela, Makibefo (1999) et Souli (2004), vise à cerner certains des enjeux culturels et esthétiques opératoires dans le processus de transposition qui transporte Shakespeare à Madagascar, la genèse ou les choix premiers : tourner un film avec des pêcheurs descendants de la tribu des Antandroy dans le village de Faux Cap situé à l’extrême sud de l’île (Mabibefo), puis à Ambola, parmi les Vezo, au sud est de l’île, les déplacements narratifs et les effets de transposition et de contextualisation. L’analyse des processus transculturels et des stratégies esthétiques (« épure ») ou des rencontres « transesthétiques » mises en œuvre – exemples de l’écriture expérimentale du cinéaste – permettra de mettre en évidence des enjeux socio-idéologiques et politiques essentiels, dans un contexte à la fois local et global et à partir de thèmes à la fois locaux et universels, ainsi que de proposer de nouvelles nuances de sens aux textes : quels sont, en définitive, les apports pour les actants locaux comme pour les textes sources ? 2017-12-20T00:00:00Z http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1126 Cahiers Shakespeare en devenir n°13: "Much Ado About Nothing in Performance », dir. Kiki Lindell (Lund University) and Isabelle Schwartz-Gastine (Université de Caen) http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1183 2017-12-20T00:00:00Z http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1183 More Moor, Less Venice: Africa Talks Back to Othello in Not Now, Sweet Desdemona and Iago http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1147 Marguerite Rippy The facts are so twisted and bent out of shape that the truth looks on open mouthed, astonished by the audacity of the shameless lie […] I will try to set the story right.1 In “A White Folks Guide to 200 Years of Black and White Drama,” James Hatch contends that African American and white European theater have informed each others’ traditions not only throughout American history but also at any and all points where black and white cultures intersect. The ongoing exchange between European and African diasporic literatures has not been an equitable conversation, however. The voices of Africans have too often been ignored, misrepresented or subordinated in white European drama, and the challenge for African writers and African American writers has been to write the truth of black life in order to refute stereotypes articulated by white theatrical traditions. The pursuit of a truthful dramatic representation of black life calls for the recognition of a black aesthetic that talks back to or redefines European drama. As perhaps the most recognizable icon of Western theater, Shakespeare plays a key role in this renegotiation. His works act as a field for reinterpretation, and many cultures reinterpret Shakespeare via their own artistic and cultural traditions. These transcultural performances land “somewhere between performing a new theatrical text and re-staging an old text as the theatre of cultural difference.”2 Within this struggle to re-stage Shakespeare with an eye to cultural... 2017-12-20T00:00:00Z http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1147